En Loire-Atlantique comme ailleurs en France, de trop nombreux sites de production non essentiels restent ouverts au détriment de la situation sanitaire. Les communistes, leurs élu.e.s leur parlementaires sont pleinement mobilisés pour protéger les salarié.e.s.

Le premier tour de ces élections municipales s'est tenu dans la situation exceptionnelle de la crise sanitaire du coronavirus. Cela a évidemment pesé sur une abstention qui, à plus de 54%, s'avère historique.

Bouguenais en commun-s rassemble des femmes et des hommes de gauche prêts à se mettre en service des Bouguenaisien.ne.s.

La bataille municipale sur la région nantaise s’annonce comme un grand combat pour défendre et amplifier les politiques populaires mises en place par la gauche depuis six ans. Dans cette lutte, les communistes remplissent leur mission en portant le drapeau de l’unité face aux ambitions de la droite et de ceux qui rêvent d’une gauche divisée.

  • Liste avec des Communistes en Loire-Atlantique 44
Partout en France, dans les campagnes et les villes, les militantes et militants communistes sont mobilisés pour faire avancer les idées de progrès.
Ils travaillent depuis plusieurs mois avec les citoyens de leur localité, souvent avec les autres formations politiques de gauche à la rédaction de propositions innovantes résolument tournées vers les réponses à apporter aux besoins de leurs concitoyens. 
 

Intervention de Jean-Jacques MOREAU au conseil métropolitain du 14 février 2020 sur le prolongement de l'intégration tarifaire Métrocéane avec la Région des Pays de la Loire, La CARENE, SNCF Mobilités, la SEMITAN et la STRAN.

Intervention de Mireille PERNOT au conseil métropolitain du 14 février 2020 sur la GEMAPI et le programme d’actions milieux aquatiques sur les sous-bassins versants.

Intervention de Mireille PERNOT au conseil métropolitain du 13 décembre 2019 sur le dernier budget du mandat de la majorité de gauche.

Intervention de Robin SALECROIX au conseil métropolitain du 13 décembre 2019 sur la création d'une police des transport en commun dans la métropole nantaise.

En conseil municipal de Nantes du 6 décembre 2019, à l'initiative du groupe communiste, les élus de notre majorité de gauche ont adopté un vœu appelant le gouvernement à entendre la colère des français et à construire un système de retraite qui organise les solidarités, l'égalité femmes/hommes à l'inverse de la réforme proposé.

C’est dans un contexte particulier que se tient le vote de notre dernier budget de la mandature. Ce sont des milliers de manifestant.e.s qui ont envahi les rues de notre pays hier, 20 000 à Nantes, pour exprimer leur colère face à une réforme des retraites qui vise à détruire un système par répartition fondé sur la solidarité pour lui substituer un système individuel par capitalisation, pour dire leur ras-le-bol de cette politique des « premiers de cordé » qui consiste à prendre aux pauvres pour donner aux riches. C’est ainsi que Robin SALECROIX, a engagé son propos sur le budget 2019.

Aujourd’hui déjà, plus de 140 femmes sont mortes sous les coups de leurs maris, conjoints ou anciens conjoints, bien souvent car elles n’ont pas été mises à l’abri à temps et ce, malgré leurs alertes. Pour Aymeric SEASSAU, ce chiffre traduit la persistance d’une violence de genre inacceptable dans notre société. La mobilisation de nos concitoyens le 25 novembre dernier trouve un écho dans le centre post-traumatique Citad’elles inauguré le même jour. Ce centre, unique en France, est le résultat d’une démarche de coopération entre la ville, les acteurs associatifs et les services de l’État.

Le groupe communiste votera une nouvelle fois contre cette délibération, comme il le fait depuis 2014 au sujet de l’ouverture des commerces les dimanches avant Noël. Pour Jean-Jacques MOREAU, le dimanche doit rester un jour commun chômé, extrait des logiques marchandes, permettant de préserver les liens sociaux, familiaux ou encore associatifs. Ces liens sont une source de solidarité et d’engagement dans la vie de la cité dont notre société a plus que jamais besoin.

Nantes Métropole connaît un dynamisme certain et les services publics ont été éprouvés, les prix de l’immobilier ont bondi. Cette progression se poursuivra car 100 000 habitants devraient s’installer d’ici 2030. Notre ville affronte l'accélération de la gentrification, accompagnée d'une montée en puissance de multinationales qui imposent leur loi, auxquelles les pouvoirs nationaux refusent de s'attaquer. Si Nantes demeure une ville où il fait bon vivre, nous voulons ouvrir une trajectoire nouvelle pour une ville populaire et accueillante. Pour les 6 années qui viennent, nous avons l’ambition de définir un nouveau cap pour la ville permettant d’accueillir les futurs nantais, d’améliorer la qualité de vie et de répondre aux besoins immédiats d'aujourd’hui et de demain en terme de transports, de logements, de sécurité, de solidarité, de services publics. Ces 100 propositions pour une ville solidaire et populaire sont là pour atteindre ces objectifs.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe, en lien avec le MEDEF, veulent mettre un terme au système de retraites par répartition. Travailler plus longtemps pour finir par toucher des pensions en forte baisse, voilà le nouveau régime de souffrances qu'ils veulent infliger aux salariés actuels et futurs. C'est une attaque sans précédent contre la sécurité sociale. Elle nous oblige à la mobilisation la plus large pour mettre en échec le pouvoir.

Pages

Souscrire à ADECR 44 RSS