Au 1er janvier, les abonnés des transports publics nantais ont vu les tarifs des abonnements fondre. Une bonne nouvelle en ce début d’année qui, pour beaucoup, s’annonce difficile. Depuis mars 2020, les mesures imposées par l’épidémie de COVID-19 impactent le quotidien de l’ensemble des habitants de la métropole nantaise. La crise sanitaire se double d’un choc conjoncturel dont les conséquences se mesurent tant sur un plan économique que social.

Début janvier l’INSEE a publié les chiffres de son «recensement général». Voyons cette carte extraite de l’Atlas numérique de la Loire-Atlantique (atlas.loire-atlantique.fr). 

À la différence des infographies de la presse - ciblant des records et les Tops 10 ou 15 dans les 207 communes - celle-ci permet de figurer en un seul coup d’œil à la fois les disparités de peuplement (ronds violets, proportionnels aux populations communales), tout en visualisant les évolutions plus locales (trame par commune, de l’orange au gris-bleu). Mais une simple « photo à l’instant T », qu’il faut rapprocher d’autres cartes. Pour quel constat ? Le poids démographique de Nantes reste prédominant et Saint-Nazaire est loin d’y faire contrepoids. En périurbain nantais, l’étalement urbain se confirme suivant un cercle d’une quarantaine de kilomètres de rayon, avec un étalement du rajeunissement et une croissance naturelle élevée. 

Le rachat, par le constructeur italien Fincantieri, des chantiers navals de St Nazaire, détenus à 84% par l’Etat français, n’est pas encore d’actualité. L’accord de vente signé en février 2018 prévoyait que l’entreprise publique italienne devienne actionnaire majoritaire des « Chantiers de l’Atlantique ».

Intervention de Robin SALECROIX au conseil métropolitain du 11 décembre 2020 sur le vœu du conseil métropolitain relatif à l’impact de la crise sanitaire sur les finances de la métropole.

Les finances publiques de Loire-Atlantique ont communiqué leur calendrier de réorganisation jusqu’en 2023. Dans le département une vingtaine de trésoreries locales sont menacées, en milieu rural comme en milieu urbain, parmi lesquelles 2 sur le territoire de l’agglomération nantaise : Carquefou et Vertou.

En mars dernier comme l’État à son sommet, les collectivités se sont trouvées surprises par l’évolution de l’épidémie de COVID-19. En l’absence de préparation, les textes encadrant l’action publique n’ont cessé d’évoluer et, par-là, une grande diversité de mesures ont pu - ou non - être prises au niveau local.

Avec ce deuxième confinement, le Gouvernement a souhaité que les services publics demeurent accessibles et fonctionnels et que l’ensemble des salariés qui le peuvent puisse continuer à travailler : les accueils de nos mairies ne sont pas systématiquement fermés, signe que malgré la pandémie, la continuité du service public est cette fois bien assurée. En effet, le confinement brutal de mars avait été l’occasion de tester grandeur nature les Plans de Continuité d’Activité, Communaux et Intercommunaux là où étaient mis en place, mais malgré un début de réflexion, c’est bien le système D qui a prévalu. 

Fabien Gay, sénateur communiste de Seine St Denis était en Loire-Atlantique le 19 octobre. Accompagné par Louis Chrétien, Eric Couvez et Pedro Maia, membres de la direction départementale du PCF, Fabien Gay est venu pour suivre l’évolution de projets industriels tournés vers la transition énergétique et écologique. Lors de sa dernière visite, en janvier 2018, Fabien Gay s’était engagé à revenir rencontrer les salariés et les syndicalistes CGT parmi lesquels ceux du Grand port maritime Nantes-St Nazaire et ceux de la centrale électriq

Le monde des arts et de la création a compté parmi les premiers impactés par la crise du COVID. Mis à l’arrêt dès début mars et fortement impacté par des contraintes sanitaires qui ont bouleversé toute la chaîne économique entre deux confinements.

172 sièges du sénat étaient à renouveler dans la moitié des départements français le dimanche 27 septembre dernier. Les résultats n’ont pas bousculé la couleur politique de l’hémicycle du Palais du Luxembourg. En effet, la droite et le centre conservent leur majorité. Finalement, le scrutin confirme les résultats des dernières élections municipales. La nouveauté concerne EELV qui parvient à faire élire 10 sénatrices et sénateurs et crée ainsi un groupe au Sénat.

Les prochaines élections régionales auront lieu en mars 2021. En Pays de Loire, les élections régionales se préparent, à gauche comme à droite. En 2015, l’union de la droite conduite par Bruno Retailleau avait gagné le scrutin et conquis un territoire dirigé par l’union de la gauche depuis 2004. La division de la gauche au premier tour (6 listes) avait eu raison de la majorité sortante pourtant reconnue pour son bilan politique.

Un nouveau mandat s’ouvre dans un contexte inédit à la ville de Nantes : Crise sanitaire, sociale, économique, écologique, politique… Ces six années doivent contribuer à ouvrir une trajectoire nouvelle pour une ville populaire et accueillante. Une ville de toutes les transitions capable d’accueillir les futurs Nantais, d’améliorer la qualité de vie, de répondre aux besoins immédiats et d’anticiper ceux de demain en terme de transports, de logements, de solidarité, de sûreté et de services publics.

A Nantes et dans ses environs, les militants communistes ont fait le choix de travailler à des listes de large rassemblement à gauche, sur des projets ambitieux pour les populations. Les projets, travaillés bien en amont des municipales avec les militants des cellules et des sections ont ensuite été proposés et discutés avec les différents partenaires politiques. Il en résulte de solides appuis pour mener des politiques ambitieuses dans les villes et communes où des communistes ont été élus dans les majorité.

Le 28 juin aura lieu le second tour des élections municipales. En Loire-Atlantique, les militants communistes se sont investis partout où ils étaient présents, dans la construction de listes, de projets de progrès pour leur communes. Pour ce second tour, ils seront de nouveau au rendez-vous sur des listes de rassemblement de gauche dans les territoires nantais et nazairiens.

Il y a quelques jours maintenant le premier ministre annonçait les dates du second tour des élections municipales : elles se dérouleront, si la situation sanitaire le permet, le 28 juin prochain.

Les fédérations de Loire-Atlantique, Maine et Loire, Mayenne et Sarthe du Parti Communiste Français ont interpellé le préfet de région quant au processus de déconfinement et aux actions ou plutôt aux non actions mises en place par l’Etat pour accompagner le pays vers la reprise.

Le constat des communistes des 4 départements ligériens est implacable : Il y a eu et il y a défaillance de protection des citoyens face au coronavirus, il prennent pour exemple le « contexte de dégradation de notre système public hospitalier. » « Après des années de regroupements, fermetures et restructurations de services hospitaliers, les personnels soignants ont dû gérer la pénurie de matériels, de lits de réanimation, de matériel respiratoire et des conditions inhumaines de travail. »

Pages

Souscrire à ADECR 44 RSS